crédit photo : Cécile Braneyre


Mon travail adopte un protocole qui a comme point de départ, un détail, une observation de mon environnement quotidien. 
Ces détails deviennent des réflexions autour du cycle d’un objet et du lien qu’il entretient avec son matériau. Comme une correspondance entre les deux, chaque production entrecroise les notions de valorisation d’un matériau, de la place qu’il tient dans notre environnement personnel ou collectif, et enfin sa capacité à créer du lien. Qu’il puisse connecter ses origines et sa fonction et ainsi créer une analogie avec son utilisateur.

La place du matériau est très souvent centrale dans mes recherches, il résulte de la valorisation d’un sous-produit de l’industrie ou de l’artisanat. Tout me ramène à l’idée du minimum, de l’autonome, du fondamental. Faire beaucoup avec peu. Et donc trouver des solutions, des propositions et des compromis dans une production. 

J’aime raconter l’histoire de mes objets et de quoi ils sont faits, d’où ils viennent et qu’est ce qu’ils racontent. Pour qu’ils marquent leur territoire et qu’ils se trouvent une place dans le nôtre. 
 

Designer